Jardiner avec la Lune

Les lunatiques et autres mal lunés le confirmeront, l’influence de la lune sur la terre et les éléments qui la composent est bien réelle. Si la lycanthropie semble encore quelque peu tirée par les cheveux, nul ne remet en question le phénomène des marées. Mais pêcheurs et surfeurs ne sont pas les seuls à consulter l’astre blanc avant de se jeter à l’eau.

La gravitation, la lumière et le champ magnétique qu’émet l’astre blanc ont, selon de nombreux jardiniers, une influence significative sur le développement des végétaux et leur santé. Ainsi, en fonction de sa position par rapport à la terre, l’influence de la Lune sur le jardin varie et amène le jardinier à adapter ses activités. Certains jours il sèmera ou taillera, repiquera, récoltera et sera même contraint à l’inaction 2 jours par mois, lors des nœuds lunaires. Pour les jardiniers hyperactifs, il reste alors le nettoyage des outils et Silence ça Pousse.

Même si, et nous y reviendrons, la communauté scientifique porte un regard sceptique sur ces pratiques, les jardiniers y voient depuis la nuit des temps une réelle opportunité d’optimiser leurs cultures.

Faisons un tour des différents principes qui régissent l’influence de la lune sur les végétaux et les pratiques de jardinage qui en découlent. Tentons donc d’y voir plus clair. De lune.

Les forces de la lune : le Père, le Fils et le Saint Esprit

Au nombre de trois, comme un symbole de trinité, les forces majeures de la lune régissent son influence sur les végétaux. Décrivons-les brièvement.

  • La gravité

L’un des principaux phénomènes qui rythme l’activité des jardiniers est l’attraction gravitationnelle qu’exerce la lune sur la terre. Celle responsable du phénomène des marées océaniques et terrestres. Oui, terrestres également. Sous l’effet de l’attraction de la lune la croute terrestre s’élève jusqu’à environ 22cm !

La lune, selon sa position et sa distance par rapport à la terre influerait sur le cheminement des liquides contenus dans les plantes : l’eau et la sève.

  • La lumière

Si la lumière occupe le premier rôle en journée, la lune la pousserait également sur le devant de la scène la nuit. La lune réfléchit la lumière émise par le soleil sur la terre de manière plus ou moins forte en fonction de ses phases croissante ou décroissante. Et au risque d’enfoncer les portes ouvertes : de cette lumière, les végétaux en ont besoin. #photosynthèse

  • Le champ magnétique

Citons également dans les remerciements le champ magnétique. Même si la lune est une planète « morte », elle conserve en sa croûte un faible magnétisme résiduel. Celui-ci influerait également sur la santé de nos végétaux.

Danse avec la Lune : le calendrier lunaire

Le maître mot pour bénéficier des effets de la lune sur les plantes et en éviter les méfaits, est la coordination. Les forces citées ci-dessus n’influent pas de façon constante et linéaire sur le potager, mais varient en fonction du calendrier lunaire. Les jardiniers se doivent donc d’être particulièrement flexibles, la variété des mouvements de la lune étant particulièrement importante. Citons-en les principaux :

  • Lune croissante et décroissante

La lune est croissante quand elle dessine un C à l’envers. Il s’agit de la période entre la nouvelle lune et la pleine lune. Cette période dure environ 15 jours. Selon le calendrier lunaire, cette période est favorable aux parties aériennes des plantes dans lesquelles se concentrera la sève.  Les végétaux seront plus goûtus et résisteront mieux aux maladies. Il sera alors conseillé de récolter fleurs, fruits et légumes qui auront également la particularité de mieux se conserver.

La lune est décroissante quand elle dessine un C. C’est l’intervalle entre la pleine lune et la nouvelle lune. La sève, durant cette période, redescend dans les racines. Partie où doivent se concentrer les activités du jardinier. Cette phase sera propice au travail de la terre, aux semis et à la récolte des légumes racines.

Jardiner avec la Lune - Lune Croissante et Décroissante - Blog DJMA
  • Lune montante et descendante

A ne pas confondre avec la lune croissante et décroissante, cette notion se réfère à la position de la lune dans le ciel par rapport à l’horizon. La lune descendante se rapprochera nuit après nuit de la ligne d’horizon et la lune montante s’en éloignera.

La lune montante, au même titre que la lune croissante, attire les liquides vers le sommet des plantes. C’est donc un moment propice pour récolter les fleurs et fruits gorgés de sève, ou  concentrer ses activités sur la partie supérieure des plantes.

En lune descendante la sève des végétaux se concentre à l’inverse vers les racines. Les calendriers lunaires conseillent donc aux jardiniers de privilégier la récolte des légumes racines , de concentrer ses activités sur la partie inférieure des plantes (semer, planter, repiquer) ainsi que de travailler la terre en l’enrichissant avec de l’engrais par exemple.

Jardiner avec la Lune - Lune Montant et Descendante - Blog DJMA
  • Nœuds lunaires

Environs deux jours par mois, l’orbite de la lune autour de la terre (orbite lunaire) croise l’orbite de la terre autour du soleil (plan écliptique). Ces croisements sont appelés des nœuds lunaires. Ces épisodes sont porteurs de perturbations énergétiques. En d’autres termes, ce sont des périodes où il n’est pas conseillé de jardiner. Le jardinier aguerrit s’abstiendra donc de semer, planter récolter ou de travailler la terre.

Jardiner avec la Lune - Noeud lunaire - Blog DJMA
  • Périgée et apogée

La lune suit une trajectoire orbitaire ovale qui l’amène à un intervalle d’environ 27 jours à être une fois à sa position la plus proche de la terre (périgée) et une fois à sa position la plus éloignée (apogée). De même que pour les nœuds lunaires, ces deux périodes ne sont pas propices au jardinage. La lune au plus proche de la terre exercera une attraction trop forte sur les plantes, ce qui aura tendance à les fragiliser. Au contraire, l’attraction de lune à son apogée sera trop faible et ralentira la pousse des jeunes semis, rendant les végétaux moins robustes.

Jardiner avec la Lune - Périgée et apogée - Blog DJMA

Heureusement pour les jardiniers, tous les mouvements de la lune et les conseils en jardinage qui en découlent sont recensés dans les calendriers lunaires. Véritable almanach, le calendrier lunaire oriente jour après jour le jardinier afin de lui permettre de tirer profit des phases de la lune. Alléluia !

Biodynamie : la guerre des étoiles

L’une des branches du jardinage qui prête particulièrement attention aux activités de la lune est la biodynamie. Courant dérivé de l’agriculture biologique, la biodynamie considère la terre et l’environnement comme un tout qui suit sa propre évolution et respecte l’équilibre des choses.

Si la plupart des pratiques de la biodynamie sont très pragmatiques : rotations longues de culture, utilisation d’engrais verts, travail modéré du sol, désherbage mécanique ou thermique, compostage des matières organiques, etc. D’autres, non moins intéressantes, relèvent presque d’une forme de mystique.

Rudolf Steiner, philosophe et scientifique autrichien du 20ème siècle ainsi que l’une de ses disciples quelque années plus tard, Maria Thun, l’auraient remarqué : l’influence de la lune sur les plantes varierait selon son passage devant les constellations des signes du zodiaque. On parlera ici de rythme astrologique et zodiacal. Les observations des deux protagonistes nous apprennent que la lune, passant devant un certain type de constellation d’étoiles (il y en a quatre au total : feu, terre, air et eau), favorisera la santé et le développement d’une variété de plantes bien définie : racine, fleur, feuille et fruit.

Pour exemple la lune, passant devant une constellation de terre (Taureau, Vierge ou Capricorne) sera favorable aux légumes cultivés pour leurs racines : la carotte, le céleri, les oignons, etc. Durant cette période, le jardinier s’occupera donc en priorité de cette catégorie de plantes et devra, selon la période de l’année, les semer, repiquer, tailler, fertiliser, etc.

Le regard scientifique : l’empire contre-attaque

Ce qui est incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible. » nous disait Albert Einstein. Et il est vrai que depuis plusieurs siècles l’Homme a fait quelques découvertes scientifiques significatives. Malheureusement et au risque de jouter les rabat-joie, aucune encore pour confirmer l’influence de la lune sur les végétaux.

De l’attraction gravitationnelle à la lumière en passant par les champs magnétiques, les scientifiques, s’appuyant sur leurs travaux statistiques, n’ont pu déceler aucune corrélation concluante entre la lune et ses effets sur le potager.

Les scientifiques ayant étudié le sujet nous expliquent par exemple que la force gravitationnelle de la lune n’a d’influence que sur des masses très importantes comme les océans et les continents. C’est d’ailleurs pour cela que les mers fermées ne subissent pas le phénomène des marées. Et si la lune devait avoir une attraction sur le liquide contenu dans plantes, celle-ci serait bien trop faible pour avoir un quelconque effet sur leur développement. Et ce, même si elles sont composées à 80% d’eau.

L’influence de la lumière réfléchie par la lune sur la terre serait quant à elle bien trop faible pour avoir un quelconque effet de photosynthèse. Pour donner un ordre d’idée, la lumière réfléchie par la lune est 400 000 fois inférieure à celle émise par le soleil. Trop peu donc pour faire rougir vos tomates.

Au regard de l’influence des constellations du zodiaque sur les jardins, les mécanismes qui pourraient témoigner de leur impact sur les végétaux ne sont ni explicables, ni expliqués.

Les conclusions de La Quintinye à ce sujet sont d’ailleurs sans appel. Rapportées dans un dossier complet « Jardiner avec la lune : mythe ou réalité » par Noëlle Dorion et Jacques Mouchotte, le jardinier de Louis XIV considère qu’après plus de 30 ans, tout ce qu’il a « appris par ses observations longues et fréquentes, exactes et sincères, a été que ces décours ne sont simplement que dires de jardiniers malhabiles ; ils ont cru par là, non seulement mettre à couvert leur ignorance à l’égard des points principaux du jardinage, mais en même temps ils ont espèré s’acquérir par ce jargon quelque croyance auprès des honnêtes gens, qui n’entendent rien à l’agriculture ». Drop the mic.

Mais au pragmatisme et à la rigueur de la communauté scientifique, Galilée émettrait certainement quelques réserves. Seuls quelques esprits éclairés avalisaient à l’époque ses dires sur le caractère sphérique de notre planète. Merci Copernic.

Faut-il jardiner avec la lune ?

Il est incontestable que des facteurs comme les saisons, la température, l’irrigation, l’ensoleillement, les maladies, la qualité des sols auront bien plus d’impact sur le potager que les effets de la lune. En effet, à ce jour, tous les travaux statistiques s’étant révélés non concluants, rien ne démontre l’influence de la lune sur les végétaux ;

Cependant, si l’effet positif n’est pas démontré scientifiquement, respecter le calendrier lunaire et les méthodes qui en découlent, sera forcement positif pour votre jardin et vos cultures. De plus, prendre soin de votre potager et suivre à la lettre les conseils des spécialistes du jardinage avec la lune vous permettra de développer votre attention à l’égard de votre écosystème et d’être à l’écoute de vos plantes. Et c’est bien là tout ce dont votre potager a besoin !