Pause Ecophyto, un recul écologique

Un début février tumultueux. Ce jeudi 1er février, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, annonce la mise “en pause” du plan Ecophyto. Une décision qui engendre colère chez les agriculteurs et désespoir pour les écologistes. Revenons sur ses origines.  

Les éléments de contexte

Le jeudi 1er février, le Premier ministre et son gouvernement annoncent l’application de nouvelles mesures visant à soutenir les agriculteurs. Face à une accumulation de restrictions sanitaires, les agriculteurs français font face à une inégalité concurrentielle au sein de l’Europe. Certains pays, tels que l’Ukraine, ont des critères de culture variant face aux pratiques françaises. Une différence de pratique qui engendre un écart dans les coûts et les prix plus attractifs pour certains. Une concurrence déloyale qui attise la colère de certains.  

Manifestation à Nantes (25 janvier 2024)
Manifestation à Nantes (25 janvier 2024)

Mobilisés partout en France, les manifestations et les blocages s’accumulent. Une pression qui n’est pas restée inaperçue aux yeux de l’État. Les annonces de Gabriel Attal, Premier ministre, assurent un soutien des agriculteurs français à plusieurs niveaux économiques. Néanmoins, une décision ternit le tableau ; la mise “en pause” du plan Ecophyto 

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, annonce cesser ce projet écologique “le temps de retravailler un certain nombre d’aspects, de le simplifier”. Une position de stand-by qui fait polémique dans un contexte de crise climatique. On vous explique. 

Les débuts d’une bombe à retardement  

En 2008, le premier projet Ecophyto II aspirait à réduire de 50% les « les produits phytopharmaceutiques” pour amener à “une agriculture moins dépendante aux pesticides », annonce le gouvernement français. Une ambition à atteindre en 10 ans.  

En 2017, le bilan tombe, c’est un lourd échec. L’utilisation des produits a explosé, dont le glyphosate, un pesticide cancérigène qui a fait de récents débats.  

Cet insuccès aboutit à un report des échéances et un nouveau projet “Ecophyto II+”. Un premier report en 2025, puis en 2030 lors de l’annonce d’Élisabeth Borne, ancienne première ministre, du lancement “Ecophyto 2030”. Toujours plus loin, mais toujours plus fort ?  

Qu’implique ce plan ?  

Après de nombreuses recherches, ce plan permet de proposer des molécules alternatives couvrant 79% des volumes vendus en France sur l’année 2022. Afin de respecter le retrait accéléré des substances “plus préoccupantes” et l’accompagnement à la sortie du glyphosate, le gouvernement s’implique dans le suivi auprès des professionnels. Un accompagnement technique et financier. Mais est-ce suffisant ?  

En effet, les agriculteurs français subissent des exigences toujours plus importantes sans moyens alternatifs présents. En amont, les pays européens deviennent une concurrence à pied inégalitaire. Une manière de production et des exigences sanitaires différentes, l’agriculture française est donc autorisée à poursuivre l’usage de produits phytosanitaires 

Traitement culture - Blog - djma

Une mise en arrêt du projet et une mise à mal climatique 

Aujourd’hui, la décision de l’emploi des produits phytosanitaires et du glyphosate a explosé. Une utilisation qui nuit davantage à la santé des agriculteurs et des riverains alentour. De nombreuses études, telles que l’INSERM, dévoilent des liens de causalité entre l’utilisation de produits phytosanitaires et le développement de certaines maladies chez l’individu :  

  • Cancer de la prostate 
  • Malade de Parkinson 
  • Bronchite chronique 
  • Myélome multiple 
  • Lymphomes non hodgkiniens 
  • Troubles cognitifs  

Ces produits induisent un effondrement de la biodiversité et de la santé humaine, tel que le glyphosate qui, après ingestion ou exposition par voie cutanée ou respiratoire, s’accroche à nos parois organiques. L’impasse des pesticides a amené à l’utilisation forcée de ces derniers. Aujourd’hui, le modèle agricole est contre-productif par l’utilisation de produits aussi destructeurs pour leur terre que pour leur santé. 

Pesticide impact santé - Blog - djma

Vers une division ou une unification des forces ?

Le plan Ecophyto est une “nécessité pour préserver notre santé et la biodiversité”, selon l’état français. Or, le projet semble devoir patienter afin d’adoucir les manifestations menées par les agriculteurs et militants écologistes. Une pause qui ne satisfait pas l’ensemble des agriculteurs. La Confédération paysanne, syndicat agricole représentant 19% des exploitants, perçoit d’un mauvais œil ces annonces dans un contexte où les enjeux écologiques sont pressants. En filigrane les déclarations du gouvernement mettraient en opposition agriculture et régulation écologique, accusée par d’autres syndicats agricoles comme la coordination rurale de nombreux maux du secteur. Une division qui crée des clivages au sein même de la profession.  

Agroécologie - Blog - djma

« Comment sortir du Néolithique » disait le géographe Jacques Levy sur France Culture le 25 janvier 2024. « Le Néolithique c’est un moment l’on commence à produire, mais on produit en détruisant » poursuit-il. « La puissance de l’humanité sur la nature est désormais considérable, mais le processus date d’il y a 10 000 ans. L’agriculture, c’est essentiellement le fait de choisir les plantes et les animaux qui nous intéressent et d’éliminer tous les autres Ça veut dire tout simplement que la collision entre agriculture et biodiversité est inévitable ».  Actuellement, un modèle permet pourtant de rapprocher la culture de l’écologie, l’agroécologie. Considérée comme une “science”, cette pratique conçoit des systèmes de production compatibles avec la préservation des écosystèmes. Contraint d’exploiter l’environnement pour notre survie, la réelle modernité s’inscrirait dans la mise en place de mesure pour exploiter la diversité sans la détruire. Citoyens, militants, jardiniers, agriculteurs, syndicats et hommes politiques, nous sommes tous engagés dans un sprint final pour la préservation de notre planète. Toute fuite en avant face aux problèmes de santé publique, d’érosion des sols et de destruction de la biodiversité sera préjudiciable et ne nous épargnera pas de pause.  

Découvrez, sous la plume de nos professionnels, ce qu’est l’agroécologie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *