Comment et pourquoi fabriquer un lombricomposteur ?

D’après une étude de l’Ademe – l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, les déchets organiques représentent encore 32 % du contenu de nos poubelles. Le compostage est pourtant bien connu. Afin de limiter notre impact sur la planète, il est plus que nécessaire de réduire la quantité de déchets que nous produisons. On peut rappeler brièvement l’utilité d’un composteur : réduire le poids des déchets ménagers, réduire la quantité de déchets verts allant en déchetterie , produire du fertilisant maison… De nombreuses initiatives pour tendre vers le zéro déchets se développent. C’est le cas du lombricomposteur. Le concept ? Un composteur revisité dans lesquels on va déposer ses contenus organiques qui seront digérés par des vers.

La minute scientifique sur les vers

Les lombrics sont présents sur terre depuis 700 millions d’années ! Rien que ça… Ils sont les intestins de la planète. Ils mangent la matière organique présente sur le sol (plantes et végétaux morts) et…. font caca. Ce “caca de vers” s’appelle les turricules. Ces turricules sont très riches en azote, phosphore et potassium. Pour faire court, le vers est une véritable machine à engrais. Mais ses super pouvoirs ne s’arrêtent pas là. Il ingère également bon nombre de bactéries et “assainit” la terre, les galeries qu’il creuse permettent à l’eau de s’infiltrer plus facilement dans le sol et aux racines de trouver plus de nutriments… Bien que n’en ayant pas l’allure, le vers est vraiment le superman de la planète. Actuellement, dans les sols cultivés par l’agriculture moderne, on estime la population de vers de terre 100 fois inférieure à celle de terres non cultivées et non contaminées. Le sol nu, labouré, prive le vers de son garde-manger. Le nombre de produits chimiques déversés dans les terres ne les aides pas non-plus.

Pour en savoir plus sur l’importance des vers, on vous a trouvé cette vidéo de Claude Bourguignon qui explique l’importance des vers de terre et pas seulement.

Retour vers le futur avec le lombricomposteur

C’est le Tur-Fu. Oui, oui. Pourquoi ? On vous explique. Actuellement près de 80 % de la population française vit en ville. Des espaces réduits dans lesquels il est presque inconcevable de penser à faire du compost (petits espaces, odeurs…). Pourtant, on pourrait faire des miracles pour les plantes et avancer réellement vers le zéro déchets. C’est précisément dans ces petits espaces que le lombricomposteur prend tout son sens. Des avantages, il en a plein :

  • Petit par sa taille, il est parfait pour les petits espaces comme les appartements
  • Il ne dégage pas de mauvaises odeurs
  • Il créé de la terre en 1 mois top chrono
  • La terre se récupère très facilement grâce aux étages

Voici notre vidéo expliquant comment fonctionne un lombricomposteur:

Comment fonctionne un lombricomposteur

Un lombricomposteur est composé de plusieurs étages. Au minimum 3. La base est un bac servant de contenant au “thé de vers” – liquide coulant des déchets organiques. Le bac supérieur, troué pour laisser passer le liquide, est le premier étage dans lequel on met ses déchets. Une fois celui-ci plein, on commence à remplir le second étage. Ce dernier est, lui aussi, un étage pour les déchets. On met autant d’étage qu’on produit de déchets organiques. Pour finir n’oublions pas de mettre un couvercle. Maintenant qu’on sait ce qu’on met et ou, il se passe quoi dans s’truc? Les vers seront principalement dans le premier étage de votre lombricomposteur. Une fois qu’ils n’auront plus à manger, ils monteront à l’étage supérieur via des trous préalablement réalisés sur l’étage 1 et 2 (et plus si vous ajoutez des étages). Quand les vers se retrouvent dans l’étage supérieur, il est temps de récupérer la terre et de placer le premier étage au-dessus de-des autres. Et ainsi de suite. Basique non ? Ou simple. Comme on veut.

Ce que mangent les vers. On leur donne quoi alors ?

Carton et coquille d’oeuf : les éléments les plus importants. Ils vont équilibrer votre lombricomposteur. Le carton pour l’apport en carbon et la coquille d’oeuf comme régulateur de PH. Voici donc la liste de ce qu’on peut mettre dans un lombricomposteur:

  • Épluchures de fruits et de légumes
  • Marc de café
  • Coquille d’Oeuf
  • Pain, farine (petite quantité)
  • Sachets de thé
  • Carton

Attention !! À ne pas mettre, car vermifuges :

  • Ail
  • Échalote
  • Oignon
  • Sacs plastiques biodégradables (qui ne le sont pas vraiment)

Comment fabrique-t-on un lombricomposteur?

Vraiment BASIQUE. Il faut se procurer au moins trois caisses encastrables. Comme celles-ci :

Voici le type de bacs dont vous aurez besoin pour fabriquer un lombricomposteur

Laisser le bac du bas intact. Il servira de réceptacle pour le “thé de vers”.

Pour les étages supérieurs, les trouer de multiples trous espacés de 3-4 cm avec une mèche de 8 mm. Voici à quoi ça devrait ressembler :

Voici les trous à réaliser pour créer un lombricomposteur

Ensuite, faites un couvercle. Le notre est en bois. Et le tour est joué !

Comment commence-t-on un lombricomposteur ?

Dans le premier bac (le premier étage troué), faites un tapis de carton/papier journal. Ajoutez du terreau. Et mettez vos vers. Vous pouvez désormais commencer à ajouter vos déchets. Vous verrez, ils vont bien bosser et seront RAVIS !

Participez à réduire les déchets et à faire vivre ces êtres si importants à la vie !