Le potager d’Aurélien

Le potager d'Aurélien - Blog - Dr. Jonquille & Mr. Ail

Aurélien habite le nord de la France, dans un appartement en ville au 4 ème étage où il cultive son potager en terrasse ou sa “jungle” comme il l’a baptisé. Découvrez son témoignage et ses conseils : avez-vous déjà entendu parlé du sang séché pour agrémenter votre terre en Azote ?

Aurélien, depuis quand jardines-tu ? 

Depuis tout petit déjà ayant grandi à la campagne, je regardais mes grands-parents faire leur potager. C’est quelque chose qui est toujours resté en moi puisque même dans mon appartement d’étudiant, je cultivais déjà quelques aromates, un pied de tomate et/ou salade en jardinière, etc. 

C’est pour cette raison que lorsque j’ai choisi mon nouvel appartement l’été dernier, le critère terrasse était le plus important, j’en ai choisi un possédant deux belles terrasses, qui sont devenues mon aire de jeu.

Peux-tu nous décrire ton jardin ?

Je pourrais résumer en deux mots et dire “La jungle” tellement elle s’est remplie en moins d’un an.

Pour ce qui est plus du descriptif, mon potager n’est pas conventionnel car étant sur une terrasse, il est dans des bacs et des pots, en ville au 4e étage dans le nord de la France. J’ai la chance de bénéficier d’une bonne exposition car elles disposent du soleil dès le matin pour l’une (jusque 14h) et du soleil dés midi jusqu’à la fin de journée pour l’autre. Il n’y a pas de vraie organisation si ce n’est le compagnonnage entre espèces et beaucoup de densité (surement trop dirait ma grand-mère). Je me suis inspiré de la permaculture et j’ai tenté de faire avec l’humeur des uns et des autres pour qu’elles se protègent ensemble. Je me renseigne régulièrement dans les livres et sur internet pour voir comment positionner les plantes les unes à côté des autres pour qu’elles puissent toutes profiter des bienfaits de leurs voisines. (Ex : les capucines près des tomates pour les pucerons, etc).

Comment t’es venue la fibre jardin ?

Comme je l’ai déjà évoqué, lorsque j’étais enfant, j’aidais mes grands-parents à faire leur potager, mais le déclic est venu lorsque j’ai décidé de devenir un « locavore ». Je m’épanouis auprès des plantes depuis toujours mais l’idée de manger sain et de produire soi-même (et donc de façon locale) est quelque chose qui me satisfait vraiment et c’est ce qui me pousse à incorporer de plus en plus de légumes dans mes pots.

Plutôt semis ou plants et pourquoi ?

J’ai toujours été dans la team semis car j’éprouve une réelle satisfaction de voir grandir mes propres plants. En faisant mes semis, je peux maitriser ma terre et les apports de nutriments. De plus, en achetant des plants tout faits, on ne sait jamais parfaitement ce que l’on achète et j’ai constaté que les plants que je faisais pousser moi-même étaient bien plus résistants. 

En plus, on limite tout ce plastique inutile puisque l’un ne va pas sans l’autre, j’ai une fibre écologique qui s’associe avec cette passion des plantes.

Quels sont tes principaux problèmes au potager ?

Après la petite réussite de l’année dernière, en octobre 2019 nous avons acheté beaucoup de pots afin de peaufiner notre jungle urbaine et pour être sûr à 100% de la qualité de la terre, je me suis dit que des copeaux de bois une fois décomposés ce serait parfait, le tout mélangé à un peu de terreau, de sable et les restes du tri des végétaux. Malheureusement, la décomposition des copeaux n’a pas été aussi rapide que je l’aurai souhaité. Et si j’ai bien compris la décomposition des copeaux engendre une « faim d’azote », ce qui ne favorise en rien la bonne poussée des plantes. 

Au fur et à mesure, j’ai refait chacun de mes pots, en ajoutant un peu de terreau (bio), des déchets organiques, etc. J’ai même ajouté dans mes bacs un peu de sang séché pour faire ce complément d’azote nécessaire. 

L’année prochaine, je penserais plus en 3 Dimensions puisque lorsque l’on jardine dans de petits espaces, il faut également penser verticalité, ce que je n’ai pas assez fait.

Enfin je pense limiter la culture de légumes à croissance lente comme les choux et favoriser des légumes tels que les haricots, les tomates, etc.

Quels sont tes secrets de jardiniers pour avoir un potager naturel et productif ?

Outre les aides comme les vers de compost, le sang séché, ou divers engrais bio. 

Ce qui est valable dans un potager classique l’est d’autant plus dans un potager urbain en pot. Ce que j’ai appris au cours de cette première année, c’est qu’il faut faire suivre les cultures au maximum. Par exemple, la première partie de l’année peut être octroyée aux légumes primeurs, notamment pommes de terre, carottes, radis, navets. La deuxième partie à tous les légumes d’été comme les tomates, haricots, courgettes, poivrons, … Et enfin, la fin de saison où on peut planter de la mâche, les laitues ou les radis d’hivers. Ensuite lorsque j’achète mes graines, j’essaye de sélectionner des petits légumes que j’imagine plus adaptés à la culture en pot comme les poivrons “petit marseillais”  ou le cucamelon.

J’aimerai également trouver des espèces plus résistantes au manque d’eau.

Qu’as-tu semé pendant le confinement?

Je vais essayer de ne rien oublier :

Tomate Cœur de Bœuf, Tomate Ananas, Tomate Poire Jaune, Tomate Allongée, Carotte de Colmar Rouge, Carotte Jaune du Doubs, Poivron Petit Marseillais, Aubergine Violette de Barbentane, Courgette Ronde de Nice, Haricot Main et Pois à Rames, Soja Edamame Jewel, Choux Kale et Romanesco, et Cucamelon.

Et vu que j’adore les plantes aromatiques il y a aussi ;

L’Aneth, Basilic Thaï, Basilic Grand Vert, Persil Frisé, Persil Plat, Coriandre, Origan, Sarriette, Serpolet (échec cuisant mais l’année prochaine je retenterai ma chance). Et comme les fleurs sont les amies de nos légumes et des abeilles, j’ai également semé des Soucis, Bleuet, Capucine, Coquelicot, Cosmos, Oillet d’Inde, Bourrache, Centaurée, et Phacélie.

Quel a été ton principal succès?

J’ai eu des bonnes surprises pour de la culture en pot : mes tomates cœur de bœuf sont énormes et très productives, et les haricots ont un bon rendement. 

Une variété DJMA qui te fait rêver et que tu souhaites mettre dans ton jardin cette année ?

Je souhaite développer la verticalité dans mon potager donc les Haricot à Rames seront parfaits;

Les petits légumes comme Haricot Purple Teepee; Tomate Indigo Apple; Tomate Bleue; Courgette Gold ; Aubergine Blanche; Physalis Coqueret du Pérou.

Un peu d’aromate pour compléter ma collection comme le Basilic Citron; Cerfeuil; Basilic Cannelle. Un peu d’exotisme Melon Petit Gris et Concombre Sonja

Ce sont le type de variétés que je pense me procurer l’an prochain.

Un grand merci à Aurélien pour son témoignage, et bon jardinage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *