Sauvons les larves du jardin !

En plein milieu de vos sessions de jardinage, il peut vous arriver de tomber tout à coup sur une larve blanche au beau milieu de votre potager. Que faire ? Dangereuse pour votre précieux potager ou non ? Souvent confondues pour leur aspect similaire, il est important de savoir différencier les larves dangereuses pour vos plantations, comme celles de hannetons par exemple, de celles qui sont de véritables alliées de votre potager. Ces dernières sont malheureusement en déclin car souvent mises dans le même panier que les larves qui grignotent les racines. Pour éviter un tel phénomène, il devient donc de plus en plus important de savoir les reconnaître pour profiter des bienfaits de certaines larves sur vos plantes et les préserver.

Les larves utiles au jardin :

Parmi les larves qui sauront vous aider à garder un jardin en bonne santé, la plus connue est sûrement celle de cétoine, coléoptère doré très courant et auxiliaire utile au jardin. En effet, en se nourrissant des déchets végétaux, sa larve les transforme en compost et contribue ainsi au recyclage et à la décomposition de la matière organique. Mais leur utilité ne s’arrête pas là. Une fois adultes, les cétoines dorées se nourrissent également du nectar des fleurs et contribuent ainsi à la pollinisation, essentielle à un jardin en bonne santé. Vous l’aurez compris, les cétoines ne sont donc pas un ennemi de votre jardin, bien au contraire.

La-larve-de-Cétoine-au-potager
La larve de Cétoine

Il existe d’autres larves bienfaitrices moins connues et pourtant si précieuses pour votre jardin. Souvent victimes d’un délit de faciès, beaucoup d’entre elles sont en voie de disparition car éliminées du jardin comme un ravageur. Alors laissez-nous vous en présenter quelques-unes, que vous saurez bichonner la prochaine fois que vous les croiserez :

Les larves de lucane, les larves de rhinocéros et les larves de petite biche raffolent de bois mort ou en décomposition, et sont donc non seulement inoffensives pour vos plantations mais également très utiles dans le compost grâce à leur rôle dans la décomposition des déchets végétaux. Attention, ces 3 types de larves ressemblent à s’y méprendre à celles du hanneton, larve nuisible au potager, par leur position arquée.

La-larve-de-Lucane-au-potager
La larve de Lucane
La-larve-de-Rhinocéros-au-potager
La larve de rhinocéros
La-larve-de-petite-biche-au-potager
La larve de petite biche

Les larves à craindre au potager :

Bien que nous venions de voir qu’un grand nombre de larves de coléoptères sont à préserver pour prendre soin de votre jardin, attention quand même à certaines qui peuvent faire du mal à vos plantations.

Les larves de hannetons par exemple, bien que similaires visuellement aux larves de cétoine ou de rhinocéros, ne peuvent pas se vanter des mêmes qualités. Nettement moins désirées dans les jardins, ces larves se nourrissent de racines, attaquant alors directement les cultures du potager et entraînant la mort des plantes. C’est également le cas des larves d’otiorhynque ou encore de taupin, ces dernières attaquant surtout les fraisiers, les carottes et les pommes de terre. Alors attention à ces ravageurs !

La-larve-de-Hanneton-au-potager
La larve de Hanneton
La-larve-de-Otiorhynque-au-potager
La larve de Otiorhynque
La-larve-de-taupin-au-potager
La larve de taupin

Leurs signes distinctifs :

Pour éviter d’éliminer toutes les larves sans distinction, vous empêchant de profiter de celles qui choieront votre potager, voici quelques exemples pour vous donner des indices sur les caractéristiques qui différencient chacune des larves de votre jardin :

  1. Où on les trouve : les larves auxiliaires au jardin se trouveront principalement dans le compost où elles prendront soin de vos déchets végétaux, alors que les nuisibles seront plutôt dans la terre, pour se nourrir des racines ;
  2. La couleur : observez attentivement la couleur des larves qui diffère en fonction des espèces : les larves de cétoine et de rhinocéros sont blanc-grisâtre, tandis que celles du hanneton sont plutôt blanc-jaunâtre. Les larves de taupin quant à elles ressemblent plus à des vers ronds et longs et de couleur jaune. Un indice indispensable pour les reconnaître !
  3. Les pattes : les larves de cétoine ont de courtes pattes, quasi-insignifiantes, alors que les pattes des larves de hanneton sont plus longues, puisqu’elles leur permettent de se déplacer avec, contrairement aux larves de cétoine qui se déplacent sur le dos (autre moyen de distinction) ;
  4. La tête : celle de la larve de cétoine est minuscule par rapport au reste du corps, surtout à l’extrémité de son abdomen développé, alors que la tête de la larve de hanneton quant à elle est plus grosse que son extrémité. La larve de rhinocéros se différencie également de celle du hanneton par sa tête plus foncée. Les mandibules sont aussi à observer : la tête des larves de lucane et de petite biche en aura, contrairement à celle d’orthorhynques par exemple.

Comment agir :

Alors si vous découvrez une larve dans votre potager, observez-la attentivement ! S’il s’agit d’une larve de cétoine, vous pouvez la laisser dans votre compost où elle effectuera un travail remarquable, à son plus grand bonheur. Les larves de lucane, de rhinocéros et de petite biche quant à elles s’épanouiront d’une souche morte ou de copeaux de bois en décomposition.  S’il s’agit d’une larve qui peut s’attaquer à vos racines, prélevez-là et amenez-là loin de votre potager dans un endroit où elle ne nuira pas. Évitez de la tuer. Même si vos plantes les redoutent, elles ont une utilité dans la nature. Il est d’autant plus important de ne pas les tuer que si vous vous trompez sur l’identité de la larve, vous évitez de participer à la destructions d’espèces protégées !

Les autres larves bénéfiques au potager :

D’autres larves, comme celles de luciole, de coccinelle, de carabe ou encore de staphylins, représentent des maillons incontournables de la chaîne alimentaire du jardin puisqu’elles se nourrissent principalement de ravageurs comme les pucerons, les cochenilles, les limaces et escargots, les chenilles, etc, jouant un rôle majeur dans la régulation de leurs populations. Vous aurez donc tout intérêt à les protéger, voire même à les attirer au potager, pour les associer à votre jardinage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.