Sur les traces de la pomme d’or : histoire de la tomate

Autant sur le marché international que dans les potagers, les semences de tomate posent des questions éthiques du fait de leur provenance, mais également de leurs saveurs qui s’amoindrissent. Pour comprendre les avantages à les réhabiliter dans notre potager, faisons un feed-back sur l’origine de la tomate et son évolution au sein de nos sociétés. Dans notre série d’article sur la culture de la tomate, intéressons nous aujourd’hui à son histoire.   

La tomate, une origine sortie tout droit des récits fantastiques  

Issue de la famille des Solanacées et semblable à la belladone, une plante toxique, la tomate connait des suspicions concernant sa comestibilité. Importé en Europe par les conquistadores au XVIe siècle, il faut attendre 1778 pour qu’elle soit reconnue comme une plante potagère.  

Saviez-vous que la tomate fut découverte par un homme sur le point d’être mangé par les Indiens ? Durant le XVIe siècle, ce conquistador fut capturé au Guatemala. La culture l’impose, dans cette tribu on mange les membres des vaincus. Au goût culinaire raffiné, les Indiens préparent une sauce pour accompagner le corps. De là, Bernal Diaz de Castillo sent une odeur alléchante venant d’une préparation dans laquelle se trouvent des oignons, des épices, du piment et de la tomate ! Un second homme participe à la déportation de la tomate, Hernan Cortés. Il se perdit dans les jardins de Moctezuma jusqu’à faire la découverte de ce fruit dont il a pour ambition de la faire découvrir en Espagne, à Séville. Dans une ville qui concentre les échanges des commerces internationaux à cette époque, les graines de tomate ne tardent pas à s’étendre en Italie puis en France.  

Néanmoins, la croyance sociale intègre l’idée selon laquelle la tomate est dangereuse pour la santé. Utilisée par les “sorcières”, la tomate devient responsable de maladies telles que la “cardiopathie tomatienne qui induit à des troubles nerveux et comportementaux. Des assimilations dangereuses qui freinent la culture de la tomate et, de fait, dans son intégration dans l’art culinaire français.  

Le saviez-vous ?  

Arrivant à un stade de prématurité en Espagne et en Italie, la tomate est vêtue d’une intrigante couleur : le jaune. Ce qui lui donnera d’ailleurs le nom de « pomodoro » signifiant « pomme d’or ».  

Depuis, intégrée au catalogue des graines Vilmorin-Andrieux, un ouvrage regroupant les variétés de divers végétaux, elle s’étend dans les cultures françaises et dans le monde.   

L’acclimatation et modification génétique de la tomate en France  

Transplantée dans le Languedoc et en Provence, la tomate est expédiée dans le nord de la France jusqu’au XIXe siècle. Elle connait une hausse de production avec le développement des voies ferroviaires et, en parallèle, l’invention de la boite de conserve par Nicolas Appert. 

Néanmoins, son succès reste limité par un problème de conservation. Les exigences en termes de sol et de climat de la tomate sont un obstacle pour l’extension de sa culture en Europe. Acclimatée à un milieu tropical, il faut attendre 1960 et l’arrivée des grandes serres pour étendre la tomate jusque dans le Nord de la France. 

La tomate, en conquérant les Etats-Unis, conduit à repenser sa génétique. Visant à une amélioration génétique de cette dernière, les chercheurs partent à la quête d’une tomate hybridée voire OGM permettant d’améliorer sa productivité, sa capacité de conservation, sa résistance face au climat et aux maladies et ravageurs … Des critères essentiels pour développer et étendre sa production à l’international.  

Aujourd’hui, où en sommes-nous ?  

Présenté sur un établi, mise sous les projecteurs, ce légume-fruit semble aujourd’hui identique à l’œil. Couleur, forme, taille, une uniformisation censée attirer l’attention du passant. Néanmoins, nous sommes bien souvent déçus lorsqu’il s’agit de les manger crus. 

Les papilles gustatives des consommateurs de tomates se retrouvent délaissées depuis un certain temps. N’avez-vous jamais entendu un avis selon lequel « les tomates n’ont plus de goût » dans votre entourage ?  Pourquoi sont-elles devenues insipides ?    

Tomate cuisinée - Blog - Djma

Cette perte gustative s’explique par la modification génétique expérimentée pour la première fois sur la “tomate rouge de Sicile à haut Gaba”.  Une variété de graines de tomates sauvages qui amène à la tomate domestique que nous connaissons aujourd’hui (Solanum lycopersicum var. esculentum). Dans l’optique d’améliorer la conservation et le rendement de ce légume-fruit, les laboratoires Calgene décident de freiner la production de polygalacturonase produit naturellement par la tomate. Ce gène est « responsable de la fragilité par dégradation des parois cellulaires », dénonce Eric Birlouez dans Petite et grande histoire des légumes 

Quelque temps après, c’est officiel ! La tomate « Flavr Savr », première tomate transgénique, est commercialisée par la société Calgene aux Etats-Unis en 1994. Les changements métaboliques de ce fruit entraînent une perte de goût et de valeur nutritionnelle que nous observons depuis ce jour.   

Depuis lors, les programmes scientifiques visant à modifier l’ADN des variétés de semences de tomates ne cessent de croître. Néanmoins, une ambition diffère. Aujourd’hui, les clients exigent une diversification des produits. De fait, la recherche se porte aujourd’hui sur la multiplication des graines de tomates variées. 

Suivant cette quête, le Japon a mis au point une variété de tomates génétiquement modifiée par le système CRISPR en 2021. Il s’agit d’un “outil moléculaire qui sert à corriger et à modifier les génomes de n’importe quelle cellule”. Une modification de l’ADN permise par des technologies visant à créer de nouvelles semences potagères. Ces découvertes offrent une diversité plus accrue des variétés de tomates pour les jardiniers et agriculteurs. Toutefois, l’évolution des graines de tomates amène à une régression de leur valeur gustative.  

Et si redonner goût à sa vie commençait par redonner goût à la tomate ?   

Aujourd’hui, une quête moyennant à augmenter les variétés et le goût des tomates ne cesse de se développer. Tout autant sur le marché international que dans les potagers. En effet, la semence de tomates permet d’élargir le spectre des variétés que peut nous offrir ce fruit. Par sa forme, oblongue, ronde, allongée ou en forme de cœur, sa couleur, sa texture ou encore son acidité, la tomate a de grandes choses à nous offrir.  

Pour varier ses plats tout en s’assurant une alimentation saine et équilibrée, pourquoi ne pas cultiver la pomodoro chez soi?   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *