Récupérer l’eau de pluie pour le potager : pourquoi et comment ?

Voilà l’été, le soleil, la plage et les cocktails. Les vacances c’est super, mais attention ! Vos plantes et votre potager ne seront peut-être pas du même avis et auront besoin, tout comme vous, de rester hydratés pour affronter les fortes chaleurs. L’été, les plantes, plus gourmandes en eau, font face à un problème : L’humidité se fait rare et l’eau précieuse. Avec diminution des ressources en eau disponibles, une consommation d’eau raisonnée devient indispensable. Une solution : Récupérer l’eau de pluie.

Le saviez-vous ?

  • La consommation d’eau en France en 2020 était de 149L par jour par habitant (source : Service Public d’Information sur l’Economie de l’Eau).
  • 45% de l’eau qu’on utilise au sein du foyer ne nécessite pas d’être potable. C’est le cas pour l’eau utilisée pour arroser le potager.

La collecte d’eau de pluie est une super alternative qui offre un grand nombre d’avantages, tant pour vos plantes que pour votre portemonnaie mais aussi et surtout pour la planète.

Pourquoi récupérer l’eau de pluie ?

1 . Collecter l’eau de pluie est une alternative écologique et économique, qui permet d’arroser son potager durablement sans gaspillage. Le potager est un gros consommateur d’eau (ce n’est pas par hasard que les légumes sont d’ailleurs principalement constitués d’eau), surtout en été où ses besoins en eau redoublent pour résister à la chaleur. Nous avons la chance de profiter d’une ressource infinie, naturelle et gratuite, que l’on perd quand on ne la récupère pas. Le potager ne nécessitant pas d’eau potable, il est judicieux de participer à la conservation des réserves d’eau souterraines et à la limitation de la quantité d’eau à traiter, processus polluant et énergivore, en utilisant l’eau que la nature nous offre. Votre facture d’eau vous remerciera au passage.

2.  L’eau de pluie = de l’or pour le potager. L’eau de pluie est une eau douce, sans calcaire, sans chlore, sans produits nocifs apportés par les processus de traitement de l’eau et maintenue à température ambiante. En d’autres termes, c’est une eau de qualité pour votre potager. Elle contient également de l’azote directement assimilable par les plantes, élément de base dans la nutrition des plantes, qui agit comme un fertilisant naturel et représente un réel moteur de croissance pour elles. Enfin, elle présente un ph légèrement acide, que les plantes apprécient particulièrement puisqu’il les aide à absorber les nutriments présents dans le sol.

3. La collecte et le recyclage de l’eau de pluie est une pratique complètement en accord avec les principes de la permaculture. Toute ressource naturelle a son rôle et est pertinente à utiliser, pour favoriser le recyclage et diminuer la consommation des ressources, tout en reproduisant le fonctionnement naturel de la nature.

Eau de pluie au potager

Le matériel nécessaire à la récupération d’eau de pluie

La façon la plus simple et la plus commune de récupérer l’eau de pluie est en se servant de l’eau récoltée par le toit et la gouttière. La pluie tombe sur le toit de la maison, coule jusqu’aux gouttières, reliées directement à la cuve dans laquelle l’eau est collectée.

Pour mettre en place ce système, il vous faudra donc :

  • Un toit.
  • Une gouttière, qui mènera jusqu’à votre baril. Pour adapter la taille de la gouttière au récupérateur d’eau, il est possible qu’il faille la couper et y rajouter un coude pour que l’eau se dirige bien dans le baril. A vous d’adapter en fonction du contenant que vous choisissez pour qu’il soit à la bonne hauteur vis-à-vis de l’arrivée de la gouttière.
  • Le baril devra être opaque et muni d’un couvercle pour ne pas laisser passer la lumière qui encourage la prolifération de certaines algues et bactéries, de la contenance que vous souhaitez en fonction de vos besoins mais d’un minimum conseillé de 200L, et muni d’un petit robinet pour récupérer l’eau. (Attention, s’il ne s’agit pas d’un contenant acheté neuf mais d’un baril que vous recyclez, assurez-vous de ce qu’il contenait avant pour ne pas mettre l’eau en contact avec des produits chimiques).
  • Un filtre à placer à l’entrée ou à la sortie de la gouttière pour empêcher le passage des feuilles et impuretés qui saliront l’eau et risqueront de boucher l’installation. Vous pouvez utiliser un bout de moustiquaire ou un grillage très fin.

Connaître les besoins de son potager

Afin d’assurer une récupération de l’eau de pluie efficace pour votre potager, il est important d’identifier vos besoins ainsi que les capacités de votre installation. Les besoins en eau de votre potager dépendront de sa surface. Pour un potager de moins de 50m², comptez entre 150 et 500 litres nécessaires par an. Pour un potager entre 50 et 100m², comptez 500 à 1500 litres par an.

Pour connaître ensuite la quantité d’eau qu’il vous sera possible de récolter et adapter votre installation en conséquence, il vous faudra multiplier la surface de la toiture qui récolte l’eau par la pluviométrie annuelle de votre région, et ôter 10% pour compter la perte due à l’évaporation.

Par exemple : Pour un toit de 100m², dans une région avec une pluviométrie de 600 mm / m² / an, nous aurons :  600 x 100 = 600 000 litres, c’est-à-dire 60 m3 récupérable sur l’année, auquel on enlève 10% pour les pertes. Ainsi, le volume d’eau maximum récupérable sur l’année sera de 54 m3 ou 540 litres / m².

Avec l’identification des besoins en eau de votre potager et la quantité d’eau que vous aurez la possibilité de récolter, vous pourrez adapter la taille de votre récupérateur d’eau de pluie pour répondre au mieux à vos besoins. Il est également possible de relier plusieurs barils entre eux pour stocker plus et éviter les débordements.

Cuve récupération eau de pluie potager

Bien évidemment, la pluie se fait plus rare en été, mais pas de panique : vous serez ainsi prêts au retour des premières pluies.

Grâce à cette mise en place, vous pourrez désormais arroser votre potager de manière durable et économique, pour le plus grand bonheur de vos plantes. Il est aussi tout à fait envisageable de se servir de l’eau de pluie récupérée pour d’autres usages du foyer qui ne nécessitent pas d’eau potable, tels que le nettoyage de la voiture, du sol, l’alimentation de la chasse d’eau, etc.

Attention cependant ! Cet article concerne l’utilisation de l’eau de pluie au potager, ne surtout pas boire l’eau de pluie collectée : bien que douce, elle est impropre à la consommation.

On vous laisse avec cette petite vidéo qui vous expliquera simplement comment bien construire votre récupérateur d’eau de pluie :

2 commentaires sur “Récupérer l’eau de pluie pour le potager : pourquoi et comment ?

  • Le Berre Denyse

    Bonjour,
    J’habite dans un immeuble sur l’île de nantes. J’ai une grande terrasse mais pas d’accès goutièrre pour récupérer l’eau de pluie. Pouvez-vous me suggérer une idée pour faire les réserves pour mes plantes ?
    Merci de m’aider à sauver mes camélias et mes hortensias

    Répondre
    • Dr. Jonquille & Mr. Ail

      Bonjour et merci pour votre commentaire ! Avec les quelques gouttes qui tombent en ce moment sur la région de Nantes, c’est effectivement le temps de récupérer l’eau de pluie 🙂 N’hésitez pas à placer des cuves/grands contenants/pots sur votre terrasse pour récolter le maximum d’eau. Vous pouvez également utiliser une bâche que vous aurez préalablement fixée à un support. Inclinée, elle pourra faire ruisseler l’eau jusqu’à un contenant adapté. Vous pouvez également lui donner une forme d’entonnoir et y faire un trou. Placez un seau sous celui-ci pour récolter l’eau de pluie. En-tout-cas, on croise les doigts pour vos fleurs !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.