Quel type de graines choisir pour son potager ?

Tous les goûts sont dans la nature, et le monde des graines et semences n’échappe pas à la règle ! Graines bio, reproductibles, F1, hybrides, paysannes, anciennes, etc. Nos chères petites graines blondes sont affublées de nombreux adjectifs selon leur processus de production, leurs origines, leurs propriétés, etc. Ce qui ne rend pas la chose facile pour le jardinier désireux de se lancer au potager. On n’en oublie pas bien sûr, les mentions obligatoires ou non, au dos des sachets de semences qui dans un souci de transparence, déstabilisent parfois le potagiste. Dr. Jonquille & Mr. Ail vous propose d’apporter quelques éclaircissements quant aux nombreux types de graines à disposition. 

La graine, source de création

Avant d’évoquer les nombreux types de graines, posons-nous la question : qu’est-ce qu’une graine ?

Tout commence par une graine. Objet d’inspiration et de métaphore pour un grand nombre d’écrivains. La graine évoque la vie et la croissance. Comme le disait Lao Tseu, philosophe chinois, “Le plus grand arbre est né d’une graine menue.”. La graine détient donc un signifiant commun, celui de l’évolution. Pour y aspirer, tout débute par une symbiose des éléments naturels : la pollinisation.

Ce processus aboutit à une reproduction lorsqu’il y a comptabilité entre le pollen, l’organe mâle, avec le pistil, l’organe féminin. De là, une fusion se crée pour entraîner la germination de la plante.

Néanmoins, la perspective évolutive est réalisable sous conditions, tel que :

  • La température
  • L’humidité
  • La lumière

Nous vous l’accordons, une graine semble à première vue inerte. Mais ne nous laissons pas duper par cette apparence inactive, la graine décèle une composante complexe. Elle est notamment composée d’un embryon et de ressources nutritives encapsulées par une carapace, le tégument.

Les graines hybrides F1

Rien à voir avec une course de voiture rapide à double motorisation, bien que in fine le but soit le même sur la piste comme au champ : la recherche de performance. On vous en dit un peu plus. 

Les graines hybrides F1 reproduisent dans un tube à essais le phénomène naturel de l’hybridation. Ce dernier est le résultat d’un croisement de deux plantes, de la même espèce, mais de variétés distinctes. L’hybridation prend place naturellement chez les plantes dites allogames, dont les gamètes mâles et femelles proviennent de fleurs différentes situées sur le même plant, ou sur des plants séparés. On parlera alors de pollinisation croisée, comme par exemple pour l’asperge, le houblon ou encore l’épinard. Ce phénomène d’hybridation naturelle sera alors enclenché grâce au travail des insectes pollinisateurs, du vent, etc.  

C’est cette technique que reproduit artificiellement l’Homme en croisant des variétés pour en faire ressortir les caractéristiques recherchées (goût, forme, résistance aux maladies, rendement, etc.) et qui donneront alors des hybrides F1 (de première génération).  

Les hybrides vont faciliter, dans une certaine mesure, la vie de l’agriculteur qui va rechercher une croissance plus rapide, une productivité accrue, une uniformité de la récolte ou encore une résistance plus forte aux maladies et aux ravageurs. 

Le problème ? Les variétés issues de ce croisement vont donner des individus ayant les mêmes caractéristiques que la première génération seulement. Elles sont dîtes « instables », c’est-à-dire qu’elles n’auront pas les mêmes attributs au fil des générations. Le jardinier sera contraint de racheter saison après saison de nouvelles semences pour obtenir les mêmes caractéristiques que la génération initiale, et maintenir les performances agronomiques recherchées.  

Les semences hybrides créent donc un phénomène de dépendance des agriculteurs vis-à-vis des semenciers et une limitation de l’accès aux semences, sans compter la perte de diversité génétique que leur manipulation induit. C’est pourquoi certains agriculteurs et organisations se tournent vers l’utilisation de semences paysannes ou anciennes, qui offrent une plus grande autonomie et préservent la diversité génétique des cultures. 

Les semences paysannes ou anciennes

Les semences au bon goût du terroir ! On parlera de semences paysannes, semences anciennes, ou variété de population en référence à des graines produites par les agriculteurs ou paysans, eux-mêmes. Les semences paysannes sont issues de variétés de lignées pures qui ont été sélectionnées et adaptées aux conditions spécifiques d’une région ou d’une communauté agricole au fil des générations. 

Leur fort pouvoir évolutif leur confère une grande diversité génétique et leur permet de mieux s’adapter aux conditions climatiques locales, aux sols et aux pratiques agricoles régionales. Leur sélection fait appel à un concept qui reprend du poil de la bête ces dernières années : le bon sens paysan. Les agriculteurs paysans mettant à profit la connaissance de leur écosystème et de leur environnement, sélectionnent et préservent au fil du temps les semences, en choisissant les meilleures plantes pour la production de graines futures, en favorisant ainsi la biodiversité agricole. 

Mieux adaptées à leur environnement, elles contribuent à une meilleure résilience face aux maladies, aux ravageurs et aux changements climatiques. À l’instar des hybrides F1, elles sont garantes de la biodiversité agricole et permettent aux agriculteurs de conserver leur indépendance vis-à-vis des semenciers

champ-blé-blog-djma

Les graines bio

Mais qu’est-ce qu’une graine bio  ? « ben c’est une graine, qu’elle est bio quoi… ». Puis, quand on y réfléchit, nos pensées balbutient.  

Une graine bio, ou graine biologique, fait référence à une graine produite selon les principes de l’agriculture biologique. Sa production met l’accent sur des pratiques durables et respectueuses de l’environnement, en minimisant l’utilisation de produits chimiques synthétiques et en favorisant la biodiversité. Les plantes qui produisent les graines ont donc été cultivées sans l’utilisation d’engrais chimiques, d’herbicides ou de pesticides synthétiques et en privilégiant l’utilisation d’amendements organiques, de compost, les techniques de rotations culturales, de lutte biologique, etc. Le détail des méthodes appliquées par les agricultures dépendra de leur labellisation (AB, Bio Europe, Bio Cohérence, Demeter, etc.) 

Une chose est sûre, les méthodes de production des graines bio contribuent à la préservation de la biodiversité, à la santé des sols et à la réduction de l’exposition aux produits chimiques synthétiques. Plus complexe que les graines conventionnelles, la production de graines biologiques, demande à l’agriculteur multiplicateur de bien comprendre son écosystème, la santé de son sol, et la biodiversité environnante mener à bien ses cultures. Il devra notamment contrôler la pollinisation pour garantir que les graines ne soient pas croisées par des variétés conventionnelles à proximité. He oui, car dans le monde agricole d’aujourd’hui, faire du bio, c’est tout un art ! 

Attention cependant, le bio n’est pas gage de biodiversité génétique, car une semence hybride F1, peut être produite selon les principes de l’agriculture biologique et donc être labellisée Bio. 

Les graines reproductibles

Une descendance assurée !  

Qu’est-ce qu’une graine reproductible ? Une graine reproductible, ou encore graine à pollinisation ouverte ou libre, fait référence à une semence qui est issue d’une plante dont les caractéristiques génétiques peuvent être conservées et reproduites d’une génération à l’autre. Cela signifie que les graines reproductibles peuvent être semées, récoltées et semées de nouveau pour donner des plantes qui conservent les caractéristiques spécifiques de la génération précédente. 

Les graines reproductibles sont souvent associées à des variétés traditionnelles, anciennes ou paysannes. Elles sont précieuses pour la préservation de la diversité génétique et la souveraineté semencière. Les agriculteurs et les jardiniers peuvent conserver et reproduire leurs propres graines qui garantissent leur autonomie et la préservation des variétés adaptées à leurs conditions locales.  

Comme pour les graines bio, les graines reproductibles sont plus complexes à produire. Certaines plantes, comme les courgettes ou les tomates, nécessitent une attention supplémentaire pour prévenir de la pollinisation croisée et maintenir la pureté variétale des graines reproductibles. 

Les graines non-traitées 

Un compromis ?  

Les graines non traitées (NT) sont produites de manière conventionnelle, avec, si la culture le nécessite, l’usage de produits phytosanitaires sur la plante mère.  

La partie « non traitée » ne concernera donc que la semence qui après récolte ne subit pas de traitement phytosanitaire ou chimique supplémentaire.  

La production de semences biologique étant contraignante et chère, il arrive parfois que les agriculteurs soient confrontés à des pénuries. Alors par dérogation et pour certaines semences, on les autorisera à utiliser des graines non-traitées pour leur production.  

Certains crieront au scandale, d’autre à la survie de notre système agricole. 

Les graines enrobées

Une robe multifonction. 

Qu’est-ce qu’une graine enrobée ? Une semence enrobée, est traitée avec un revêtement spécial avant d’être semée, sa « robe ». Le revêtement est généralement composé de polymères, d’agents adhésifs, de nutriments, de pesticides ou fongicides. Bref un cocktail explosif. En alternative, l’enrobage utilisé en agriculture biologique se fera avec des substances autorisées par cette pratique, comme l’argile, sans danger pour la biodiversité. 

L’enrobage est appliqué sur la surface de la graine et peut être également coloré pour faciliter la distinction visuelle des semences. 

Cette robe synthétique est appliquée pour offrir une protection aux semences contre certaines maladies et ravageurs (donc pour leur conservation), mais également pour améliorer leur qualité germinative et donc l’établissement de la culture à venir. Elle va également pouvoir faciliter le semis pour des graines très fines, de fleurs ou d’aromates notamment. 

Vous l’aurez compris le revers de la médaille : les semences enrobées non-bio soulèvent des préoccupations environnementales et sanitaires, notamment en raison de l’utilisation d’insecticides et de fongicides. Elles sont également généralement plus onéreuses, l’enrobage demandant une manipulation et l’utilisation de produit supplémentaires. 

Alors si vous optez pour ce type de graine, prenez la version Bio !

Quelles semences choisir dans tout cela ?  

Chez Dr. Jonquille & Mr. Ail, pas de compromis, nous sélectionnons nos semences selon 3 critères : leur localité ainsi que leur caractère biologique et reproductible afin de protéger la biodiversité et que la diversité génétique des semences !  

Libre à chacun de choisir ses semences, mais attention, faites-le en ayant les bonnes informations à votre disposition ! 

Choisissez des semences issues de producteurs et commerçants sérieux et responsables. Le premier gage de confiance se fera en lisant l’emballage de vos semences qui doit contenir les mentions légales comme la provenance, le type de semence (F1, Bio, Non-Traitée, etc.) et éventuellement les différents labels, le numéro de lot pour la traçabilité, la variété, le poids ou nombre de graines et le passeport phytosanitaire selon les variétés.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *